Actualité publiée le 20/10/2020

TÉLÉTRAVAIL : Une direction frileuse…

Vendredi 16 octobre s’est tenue en visioconférence une réunion de négociation sur le Télétravail au périmètre du Socle Social Commun.

Pour la Direction cette négociation se limitait en un accord de méthode pouvant mettre en place des pilotes suite à une forte demande de certains services.
À cela il fallait rajouter la pression des représentants CFDT qui n’ont cessé de réclamer haut et fort le respect à minima de l’accord Télétravail existant face à une Direction qui manque de courage pour ouvrir une vraie nouvelle négociation sur le télétravail.
Il ne faut pas omettre également le contexte général national avec les recommandations gouvernementales afin de faire face à la crise sanitaire. Il semble très compliqué pour les dirigeants de Total de se forger leur propre opinion ! Pourtant de nombreuses entreprises en France ont répondu à l’attente des salariés.

Chez Total, ce n’est pas pour demain ! Même si la CFDT note une inflexion de la part de la Direction, une oreille plus attentive et prête à faire un pas…



Que devons-nous retenir de cette négociation ?



La direction a répondu par un accord de méthode sur le Télétravail dont nous serons aussi les acteurs. Elle souhaite lancer différents pilotes afin de tester de nouvelles façons de travailler à distance dans différentes entités du groupe (directions, départements, services, etc.) au périmètre du Socle Social Commun (SSC).

Si nous ne sommes pas opposés au principe de pilotes, il était important pour la CFDT d’encadrer cette réflexion et de demander des garanties dont l’une des premières est de rappeler l’existence d’un accord télétravail toujours en vigueur et applicable.
De plus pour que la CFDT s’engage, il était important de s’assurer de son application dans toutes les entités du SSC sans quoi des dérives déjà constatées auraient pu perdurer !

L’accord de méthode signé par la CFDT permettra d’accompagner et de suivre ces pilotes expérimentaux avec les IRP et les Organisations Syndicales afin d’en tirer les meilleures applications de:


  • souplesse dans le télétravail actuel,
  • fluidité dans sa mise en œuvre,
  • nouveaux droits soit en jours télétravaillés, soit en flexibilité.

Ces avancées devraient permettre d’enrichir ultérieurement l’accord sur le Télétravail au niveau du Socle Social Commun.

Nous regrettons toutefois cette frilosité de la part de la Direction qui ne fait que retarder l’évolution du Télétravail alors que tout le monde semble être d’accord que cela sera inéluctable.